Atelier Catherine Liégeois
Gravure et édition de livres d'artistes



Cabanes de ma rue


Livre conçu pour l’Exposition du 12 Avril au 20 Mai
à la Galerie L'écu de France à Viroflay
Délires de livres- Amarts 2018

LE THÈME : La rue est à vous

En Octobre 2017, la forme minimaliste d'une enveloppe carrée avec son simple rabat s'est imposée à moi pendant mon séjour en Norvège à Kautokeino.
Ma rue est formée de quatre cabanes. Chacune contient un livre.

LE PROJET s'inspire de l'architecture ancestrale des villes du nord de l'Europe. Les maisons de bois en Norvège ou en Finlande sont peintes aux couleurs du paysage (verts, bleus, rouges, ors).

LE LIVRE est formé de quatre livrets gravés et cousus en cahiers. Quatre complaintes chantées, quatre voix qui se répondent et se complètent au fil du temps

  • François Villon (1489) La ballade des pendus
  • Jean de La Fontaine (1668) Le lièvre songeur
  • Félix Leclerc (1951) Une chanson rouge
  • Boris Vian, une complainte chantée par Serge Reggiani (1967) Complainte du vent.
Boîtages, livres et pages sont en matériaux naturels : bouts de bois, cordes et ficelles de coton, lin ou chanvre, chiffons et papiers de chiffon, fils et clous de cuivre.

Chaque boîte (30cm X 22 cm X18 cm) contient un livre en mouvement. Le mouvement qui nous conduit du texte à l’image gravée en couleurs, de la page tenue en livret par une pince, dans la reliure collée et nouée…
Chaque livre est une variation possible, à poursuivre.
Le format carré valorise l’épaisseur des pages, une liasse épaisse à tenir en mains. Les couches des pages superposées évoquent les différentes interprétations possibles par le lecteur comme autant de pistes de création.

LES MOTS des poètes clament le chagrin et la pitié.
La peur de l'autre et de soi-même se creuse dans la solitude de l'abri. Les boîtes où nous vivons ne sont que des enveloppes fragiles faites de rouille et d'os. La rumeur et l'injustice parcourent la rue, derrière l'apparence des façades.

Conception et gravures Catherine Liégeois, 15 mars 2018.